Devenir photographe

14 votes : 4.6
Chasseur d’images, vecteur d’émotions, globe-trotteur ou pro du studio : dans notre imaginaire, le photographe évoque de nombreuses images. D’innombrables amateurs rêvent de travailler dans la photographie, parfois sans jamais oser franchir le pas. Pourtant, les possibilités de formations en photographie à distance, les associations de photographes amateurs et les écoles de photo ne manquent pas. De fil en aiguille, votre passion peut devenir un métier. Imaginez-vous vous lever chaque matin et pratiquer votre art, pensez à ce que vous ressentirez le jour où vous vendrez votre première image, envisagez ce que serait votre vie en étant votre propre patron… Pourquoi devenir photographe ? Quels sont les différents moyens qui s’offrent à vous pour y parvenir ? Devez-vous suivre une formation spécifique ou obtenir un diplôme ? Sous quels statuts pouvez-vous exercer ce métier ? Est-il possible d’envisager une reconversion professionnelle dans la photographie ? Découvrez les réponses aux multiples questions que vous vous posez, vous qui rêvez de faire de l’image votre métier. travailler dans la photographie

Pourquoi devenir photographe ?

Bien qu’on ne se pose pas forcément la question, les motivations sont aussi nombreuses que les personnes qui décident de se lancer. Goût pour la création ou pour la communication visuelle, sens artistique, envie de témoigner, de faire passer un message : les photographes ont des talents et des parcours extrêmement variés. Bon nombre d’entre eux ont sauté le pas dans le cadre d’une reconversion professionnelle, en décidant de transformer leur passion en vrai métier. D’autres envisagent la photo comme une corde supplémentaire à leur arc, une activité exercée en complément, puis se prennent au jeu et découvrent qu’il est possible de vivre de leur passion.

Pourquoi choisir le métier de photographe ?

Pour avoir le plaisir de faire ce que l’on aime et d’en tirer une subsistance, pour pratiquer un métier dans lequel la routine n’existe pas, pour avoir l’opportunité de créer sa propre entreprise et de travailler en totale autonomie. Les photographes ont des profils variés et viennent d’horizons très divers, mais ils ont tous en commun d’être des auteurs. À ce titre, ils ont une relation particulière avec le monde et avec les gens ; ils cherchent à faire passer une émotion, un message à travers leurs images.

Combien de temps faut-il pour devenir photographe ?

Toute une vie sans doute… Pour apprendre les bases techniques et découvrir l’environnement du métier, vous pouvez intégrer une formation spécialisée. Il existe plusieurs formules, depuis les stages de quelques semaines avec un professionnel jusqu’aux écoles d’art d’où vous sortirez avec un diplôme Bac +5. Vous pouvez aussi apprendre en autodidacte, en utilisant les ressources disponibles sur Internet, en lisant les ouvrages et la presse spécialisée et en étudiant les images des grands noms de la photographie. Quelle que soit la voie que vous choisirez pour devenir photographe, l’important est de pratiquer au maximum. Ce n’est qu’en vivant « l’appareil à la main » que vous deviendrez un professionnel aguerri. Combien de temps faut-il pour devenir photographe ?

Patience et longueur de temps...

Vous devez avoir l’envie et la capacité de créer une image capable de susciter une émotion ou une réflexion. Pour cela, la patience et la persévérance sont également indispensables. Autres qualités importantes : le sens de l’observation et la curiosité. Un bon photographe a toujours l’œil aux aguets, il est capable de saisir l’instant et maîtrise suffisamment son matériel pour en tirer parti au mieux. Être curieux, c’est aller à la rencontre du monde et des autres, ce qui implique aussi pour le photographe un grand sens du contact. Ceci est primordial même si vous n’envisagez pas de faire du portrait, car dans tous les cas la photographie est un métier de communication et vous devrez bien vendre vos images… Pour cela, vous aurez aussi besoin d’une dose de confiance en vous : pour convaincre les autres de la qualité de votre œuvre, vous devez l’être vous-même ! Enfin, la discrétion fait aussi partie des qualités importantes. En effet, certains thèmes ou domaines (la photo animalière ou de rue, par exemple) requièrent de savoir se faire oublier pour mieux capturer l’image parfaite.

 

Quelles sont les qualités requises pour devenir photographe ?

Certaines sont évidentes, d’autres moins. Une chose est sûre : devenir photographe requiert de nombreuses qualités, dont la plus importante est peut-être la créativité. En effet, le chasseur d’images est avant tout un artiste, qu’il pratique la photo sociale dans une boutique ou qu’il voyage aux quatre coins du monde pour témoigner de ce qui s’y passe.

Quelles sont les qualités requises pour devenir photographe ?

Savoir s’adapter en toutes circonstances

En bref, si l’on devait résumer toutes les qualités d’un bon photographe en une seule, peut-être serait-ce l’adaptation : savoir s’ajuster aux personnes ou aux êtres avec qui l’on travaille, aux conditions extérieures, aux évolutions du matériel et de l’environnement de travail, aux changements de sa propre vision artistique, voilà peut-être le vrai défi du photographe.

Comment devenir photographe ?

L’un des attraits spécifiques du monde de la photographie est qu’il est ouvert à tous, sans conditions de diplôme ou de formation. Cependant, bien que l’on trouve de nombreux autodidactes parmi les professionnels d’hier et d’aujourd’hui, il est plus que conseillé de disposer d’une solide formation avant de se lancer. En effet, c’est une chose que de prendre des photos pour le plaisir – aussi réussies soient-elles – et de répondre en professionnel au cahier des charges imposé par un client, qui vous rémunère pour obtenir un résultat conforme à ses attentes.

Des stages de découverte aux études de l’enseignement supérieur

Il existe de nombreuses possibilités pour se former à la photographie. Certains professionnels proposent des stages de quelques jours, ce qui peut être un bon moyen de tester votre goût pour le métier et de poser les questions qui vous taraudent. Ensuite, plusieurs filières sont accessibles à ceux qui veulent faire de l’image leur métier :
  • le Bac Pro et le BTM Photographie
  • le BTS Photographie
  • les écoles privées ou publiques
  • les écoles d’art
  • les formations à distance

Des formations pour tous les profils

Suivant votre âge, votre niveau d’études, vos contraintes et vos envies, vous pouvez choisir d’étudier par correspondance ou d’intégrer une école supérieure, qui délivre un diplôme de niveau III ou plus. Dans tous les cas, l’important est de pratiquer la photo, encore et toujours, et d’entrer en contact avec d’autres photographes – les associations, les blogs et les sites Internet sont à ce titre une vraie mine d’or. S’il est tout à fait possible de pratiquer le métier de photographe sans avoir suivi de cursus spécifique, vous ne pourrez en revanche pas faire l’impasse sur une réelle formation technique, quelle que soit la façon dont vous la suivez. Sachez enfin que même sans diplôme, vous pouvez devenir un excellent photographe. C’est aussi ce qui fait la beauté de la profession : elle est ouverte à tous les auteurs de talent. Des formations pour tous les profils

Devenir photographe suite à une formation initiale

Il existe plusieurs diplômes de photographe reconnus par l’État, ainsi que des certificats délivrés par des structures privées. Ces formations vont du niveau V au niveau I et durent entre 1 et 5 ans suivant le cursus choisi.

Les différents parcours possibles

Le BEP Photographe se prépare en 1 an après une classe de 3ème et permet d’enchaîner sur deux années de Bac Pro.
 
Accessible après la 3ème, le Bac Pro Photographie se prépare en 3 ans et aborde les techniques de prise de vue et de post-traitement, ainsi qu’une initiation à la culture photographique. Si vous avez moins de 26 ans, ce diplôme peut être préparé par la voie de l’apprentissage.
 
Le BTM Photographe (Brevet Technique des Métiers), accessible en 2 ans après un CAP, est délivré par certaines Chambres de Métier. Il est axé sur les aspects purement techniques et commerciaux.
 
Le BTS Photographie est un diplôme d’état accessible après un bac S. D’une durée de 2 ans, cette formation peut être suivie en alternance.
 
Toujours dans la catégorie post-bac, vous pouvez envisager d’entrer dans une école spécialisée, publique ou privée. Ces établissements dispensent des formations de niveaux bac+3 à bac+5 dans le domaine du design, des arts visuels et de la photographie. C’est le cas par exemple du Bachelor de photographie, équivalent d’une licence universitaire, ou des formations dispensées par l’école des Gobelins, à Paris.
 
Les écoles des Beaux-Arts proposent un DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) option communication / photo, préparé en 2 ans après un bac+3. Certaines universités, comme Paris VIII, offrent aussi des Masters Pro option photographie.
 
L’ENSAD (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) délivre un diplôme en photo et vidéo, qui sanctionne 5 années d’études. Les différents parcours possibles

Arles et Louis Lumière : le choix du roi

Les formations les plus prestigieuses et les plus reconnues sont celles des Écoles Nationales Supérieures d’Arles et de Paris. On y entre sur concours à bac+2 et la sélection est extrêmement rigoureuse. L’ENS de la photographie d’Arles dispense 3 années de formation couvrant l’histoire de la photographie et toutes les techniques, de la prise de vue en studio au post-traitement, avec une orientation résolument artistique. L’ENS Louis Lumière, à Paris, accueille chaque année 16 étudiants triés sur le volet, qui suivent une formation de 3 ans très complète et choisissent une spécialisation en dernière année.

Devenir photographe dans le cadre d’une reconversion professionnelle

Si les formations initiales en photo sont abondantes et variées, elles ne conviennent pas forcément à tous les profils. De très nombreux professionnels de l’image sont issus d’autres secteurs, parfois sans aucun lien avec la photographie. Celle-ci s’impose souvent naturellement, soit parce que vous « tombez dedans » par hasard, soit parce qu’elle est d’abord un outil dans votre activité avant de devenir une vraie passion. Si vous souhaitez vous reconvertir dans la photographie, sachez donc que le secteur est ouvert à des profils très diversifiés. Devenir photographe dans le cadre d une reconversion professionnelle

Pourquoi envisager une reconversion professionnelle ?

Bien souvent, le choix d’un métier ou la prise d’un emploi répond à des considérations plutôt matérielles : sécurité du poste, salaire, avantages… Pourtant, au fil des années bon nombre de gens finissent par s’ennuyer dans leur travail. Certains ont l’impression d’avoir « fait le tour » de ce qu’il y avait à en tirer. D’autres ne se retrouvent plus dans les évolutions de leur métier ou de leur entreprise. Se pose alors la question d’une reconversion professionnelle, qui est souvent l’occasion de se tourner vers un métier totalement différent, avec une dimension « passion ». La photographie rentre pleinement dans cette catégorie d’activités, avec un parfum de liberté et de créativité qui fait rêver bon nombre de gens. Vous vous rendez alors compte que vous pratiquez la photo depuis des années et que vous aussi, vous aimeriez en vivre...

Quelles sont les motivations pour se reconvertir dans la photo ?

Bien souvent, c’est la liberté offerte par ce métier-passion qui finit par convaincre les candidats de se lancer dans l’aventure. Des gens qui pratiquent la photo à titre personnel depuis longtemps choisissent d’en faire leur gagne-pain, souvent en tant qu’indépendants ou auto-entrepreneurs, ce qui leur laisse une certaine marge de manœuvre pour organiser leur activité, gérer leur planning et concilier leur vie professionnelle et personnelle.
 
Parmi les profils des nouveaux photographes, on trouve par exemple des personnes issues de la communication ou du marketing, d’autres venant du monde artistique (peinture, cinéma, théâtre…), d’autres encore du journalisme… Cela peut aussi concerner des gens qui aiment voyager, ou qui se passionnent pour la faune, qui souhaitent travailler avec les enfants sans se retrouver dans les structures scolaires ou péri-scolaires… Bref, la reconversion professionnelle peut s’adresser à tout le monde, quel que soit son âge, son métier d’origine ou son statut familial. Quelles sont les motivations pour se reconvertir dans la photo ?

Comment réussir sa reconversion professionnelle ?

Devenir photographe est votre rêve ? Vous avez décidé d’en faire votre métier ? Pour vous reconvertir, plusieurs étapes sont à envisager. La première est généralement le constat que votre situation professionnelle actuelle ne vous convient pas – ou plus. Vous pouvez aussi être victime d’un plan social et en profiter pour envisager de changer de cap. À partir de là, il convient de vous poser un certain nombre de questions :
  • Comment envisagez-vous votre pratique de la photographie en tant que professionnel ?
  • Avez-vous bien saisi toutes les contraintes du métier que vous convoitez ?
  • Quel style d’images avez-vous envie de réaliser ? Quel secteur vous attire (photo sociale, de pub, animalière, de journalisme…) ?
  • Souhaitez-vous suivre une formation ? comment pensez-vous la financer ? disposez-vous d’un CPF ?
  • Quelles sont vos contraintes (familiales ou autres) et quel volume horaire pensez-vous pouvoir consacrer à l’exercice de votre nouveau métier ?
Plusieurs organismes peuvent vous aider à y voir plus clair dans votre projet : Pôle Emploi, les chambres de métier ou de commerce, le site en ligne du CPF, etc. Selon votre cas et vos envies, vous pouvez choisir une reconversion professionnelle totale, ou conserver un emploi à temps partiel, afin de tester le potentiel de votre nouvelle activité. N’hésitez pas à contacter les photographes professionnels, qui sont les mieux placés pour vous donner des informations fiables, vous renseigner sur les formations, les débouchés et les réalités du métier.

Quelles formations de photographe sont les plus adaptées à une reconversion ?

La formation professionnelle en France a récemment été réformée, afin de simplifier son accès aux salariés et de clarifier les choses. Un certain nombre d’organismes proposent des formations donnant droit à un financement. C’est le cas notamment de la célèbre École des Gobelins, un établissement public dépendant de la CCI de l’Île-de-France. Cette école dispense notamment deux formations en photographie (niveau débutant et confirmé) et deux en traitement de l’image, toutes éligibles CPF. L’EFET (Ecole Française d’Enseignement Technique) ainsi que MJM Graphic Design ou encore l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) font aussi partie des établissements délivrant des certificats de formation à la photographie reconnus.
 
Une autre option intéressante pour se former à la photographie en vue d’une reconversion est la formation à distance : nous y reviendrons un peu plus loin.

Comment financer votre reconversion professionnelle ?

Que vous soyez salarié ou inscrit à Pôle Emploi, vous pouvez tout à fait envisager de vous reconvertir dans la photographie. Sous certaines conditions, vous pouvez bénéficier d’une aide au financement pour vous former aux métiers de l’image. C’est le cas notamment avec le CPF, le compte professionnel de formation, qui a remplacé le DIF (sauf pour la fonction publique). Les salariés et les travailleurs indépendants ont droit à une somme annuelle (forfaitaire ou proportionnelle au nombre d’heures travaillées, selon le cas) créditée sur leur CPF. Celui-ci est plafonné à 5000 € et peut être utilisé pour financer tout ou partie d’une formation, à condition que celle-ci soit éligible (la liste est disponible sur le site moncompteactivite.gouv.fr).
 
Si vous êtes sans emploi, indemnisé par Pôle Emploi et que vous envisagez de vous installer en tant que photographe indépendant, vous pouvez peut-être bénéficier d’aides financières à la création d’entreprise : l’ARCE (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise) ou le maintien de vos allocations en cumul avec vos revenus de photographe, pendant une période limitée.
 
Il existe un autre dispositif, l’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise), qui consiste en une exonération de charges sociales durant 1 an (pour les sociétés) ou en un taux réduit progressif sur les 3 premières années (pour les micro-entreprises). Comment financer votre reconversion professionnelle ?

Se reconvertir dans la photo sans diplôme, une option possible

Comme nous l’avons vu, l’un des atouts du métier de photographe est qu’il est ouvert à des personnes de tous les horizons et aux parcours très divers. Il est donc envisageable de se reconvertir en tant que photographe professionnel sans passer par une formation « officielle ». Cependant, vous devez alors être capable de justifier d’un haut niveau technique et artistique. Préparez-vous aussi à démarrer en bas de l’échelle, c’est-à-dire bien souvent en tant qu’assistant ou même stagiaire.
 
L’arrivée du numérique a aussi conduit à la création de banques d’images en ligne, qui achètent des photos libres de droit (à un prix souvent dérisoire) et les revendent ensuite aux agences de communication, à la presse ou aux entreprises, notamment. Si vous persévérez et que vous parvenez à fournir un volume conséquent d’images, vous pouvez espérer en tirer un revenu suffisant. Attention : ce n’est pas parce que ces images sont vendues à un tarif modeste que la qualité ne doit pas être au rendez-vous ! Les plateformes sont très exigeantes sur ce point.
 
Pour démarrer votre nouvelle activité de photographe, vous pouvez également démarcher la presse locale et proposer de couvrir les évènements de votre département. Faites fonctionner le bouche à oreille, réalisez les photos de mariage de vos proches, organisez des expositions gratuites dans les locaux de votre commune, rapprochez-vous d’un parc de loisirs pour proposer de photographier les enfants dans les manèges (moyennant une commission pour les propriétaires du parc). Les idées ne manquent pas ! Le seul mot d’ordre : démarquez-vous pour vous constituer un réseau.
 
Enfin, quel que soit votre choix, sachez que la création d’un book représente un passage obligé pour entrer dans le monde de la photographie professionnelle sans passer par les filières de formation. C’est ce sésame qui prouvera vos compétences, à la fois sur le plan de la technique photographique pure et sur celui de la sensibilité artistique, du sens de la composition, etc.

Devenir photographe grâce à une formation à distance

Bien que l’offre de formations en photographie soit riche et diversifiée, elle ne correspond pas forcément aux besoins, aux attentes ou aux contraintes de tous. C’est la raison pour laquelle s’est développé en parallèle un nouveau moyen de se former : les cours par correspondance. En bonne partie grâce à Internet, ce type de formation connaît un essor et un engouement croissants. Il existe plusieurs façons de se former chez soi : le e-learning propose des cours entièrement dématérialisés, alors que certaines formations par correspondance envoient encore des supports papier sur demande. À vous de voir ce qui vous convient le mieux. Focus sur les différentes possibilités offertes et sur les atouts de cette méthode. Devenir photographe grâce à une formation à distance
Formation de photographe par correspondance : des avantages certains
 
L’attrait qui saute immédiatement aux yeux lorsqu’on envisage un cours à distance ou en ligne, c’est la flexibilité que permet ce type de formation. Il existe des parcours accessibles à tous sans conditions d’âge, de statut ou de diplôme. En choisissant cette formule, vous vous libérez des contraintes horaires et géographiques : c’est vous qui décidez de votre emploi du temps, du rythme auquel vous décidez d’étudier et de vos objectifs. D’autre part, vous pouvez bien souvent vous inscrire à tout moment de l’année, alors que les écoles de photo traditionnelles suivent le calendrier scolaire. C’est une option intéressante notamment lorsque vous devez concilier une activité professionnelle ou une vie familiale avec votre formation.
 
Le deuxième intérêt d’une formation de photo en ligne est d’ordre financier : en travaillant chez vous, vous éliminez le coût des déplacements. Bien souvent, les cours par correspondance sont aussi entièrement dématérialisés, ce qui les rend moins coûteux puisque l’organisme n’a pas de locaux à louer ou à entretenir. La plupart des prestataires proposent aussi des facilités de paiement.
Troisième point : les organismes de formation à distance qui proposent des cursus diplômants sont soumis au contrôle de l’État en ce qui concerne le contenu des programmes. Une garantie de sérieux qui vous permettra de vous présenter sereinement le jour de l’examen. Certaines formations en ligne sont même éligibles au financement CPF.
Dernier avantage, notamment en cas de e-learning : des contenus riches, sur différents supports, interactifs et modulables. Bon nombre de cours de photo sont présentés en vidéo, pour une approche plus vivante et plus parlante des différentes techniques. Les professeurs sont également joignables sur des plages horaires beaucoup plus larges que dans le cadre des formations en présentiel.

Les contraintes liées à la formation en ligne

Si ce type d’études développe l’autonomie des élèves et leur permet de trouver leur propre rythme de travail, il demande aussi de la rigueur et un grand sens de l’organisation, sous peine d’être rapidement dépassé. En particulier si vous devez concilier une vie familiale et / ou professionnelle avec votre cours de photo à distance, il convient de bien réfléchir avant de vous lancer. Voici quelques points à envisager avant de vous inscrire :
  • déterminez le volume d’heures hebdomadaire que vous pensez consacrer à vos cours de photo ;
  • établissez un planning de travail (jours et plages horaires) ;
  • réfléchissez à la manière dont vous allez compléter les cours théoriques : concrètement, quand et comment pratiquerez-vous la photographie ?
  • soyez sûr que vous êtes capable de vous imposer une discipline et de ne pas procrastiner, sous peine de voir le travail s’accumuler et de vous décourager ;
Lorsque vous suivez un cours par correspondance, vous devez aussi être capable de vous motiver seul et de persévérer malgré les difficultés. Vous ne bénéficiez pas de la dynamique d’un groupe, ni du contact direct avec vos professeurs. Ceci peut constituer un obstacle pour certaines personnes. Une solution intéressante peut être de s’inscrire à un petit module de cours, afin de tester la formule avant d’investir dans un cursus complet.

La formation à distance présente une limite liée au métier lui-même : la photographie est une activité de terrain et de contact. Un cours par correspondance seul ne vous permettra pas d’acquérir les compétences techniques et les réflexes indispensables à tout bon photographe professionnel. Vous devez donc compléter vos connaissances théoriques par des stages pratiques, une activité d’assistant ou au minimum un exercice assidu de la photo sur le terrain, en diversifiant le plus possible les situations et les styles.
  Les contraintes liées à la formation en ligne

L’offre de formation à distance en photographie

Concrètement, vous pouvez trouver deux types de cours par correspondance : les cursus diplômants et les autres, généralement validés par une attestation de suivi. Des organismes reconnus proposent par exemple la préparation d'un BEP Photographe par correspondance. À vous donc de déterminer si vous souhaitez vous initier ou vous perfectionner dans les diverses techniques de la photo, sans objectif de diplôme, ou si vous voulez obtenir un titre reconnu par la profession. Attention cependant : compte tenu de l’importance de la pratique, il existe peu de parcours diplômants en ligne, hormis le BEP et le Bachelor Professionnel.
 
En termes de e-learning, en revanche, l’offre est abondante quoique de qualité inégale… Là encore, réfléchissez bien à votre projet et à vos attentes, afin de choisir le parcours de formation le plus adapté. Vous trouverez des offres de cours spécialisés, du type « photo reportage », quelques MOOC, et des cursus plus complets sous diverses dénominations : la Formation Photographe de l’EDAA, par exemple, ou  dispensée par l’École de Photographie ou encore les Ateliers Photographie du CNED.

Quelle est la meilleure formation pour devenir photographe ?

Il n’y a pas une seule réponse à cette question. Le terrain, l’expérience, la passion font le photographe bien plus que les cours théoriques qu’il a pu suivre. Cependant, compte tenu des possibilités actuellement offertes par le e-learning, il serait dommage de ne pas en profiter ! Voici ce que vous pouvez attendre des formations de photographe à distance :
  • une découverte du matériel et des accessoires (boîtiers, objectifs, filtres, flashs, trépieds…) : lesquels choisir pour quel type d’image, quels sont les avantages et les limites des uns et des autres, etc.
  • des notions de physique, de chimie et d’optique
  • une approche des aspects techniques : cadrage et composition, utilisation de la lumière, profondeur de champ, couple vitesse / ouverture, sensibilité, balance des blancs, mise au point, etc.
  • la présentation de l’histoire de la photographie et des grands noms de la profession
  • la manière d’analyser une image
  • les outils et techniques de post-production : classement et tri des images, formats de fichiers, logiciels utilisés, types de retouche possibles, etc.
  • une approche de la photo de studio : éclairage, mise en scène...
  • les aspects professionnels liés au métier : réalisation d’un book, placement des images, techniques commerciales, statuts juridiques possibles, réglementations concernant les photographes auteurs ou artisans, etc.
  • l’approche d’un style précis : reportage, portrait, macro, paysage, culinaire, mariage, animaux, etc.
En fonction de votre projet, de vos centres d’intérêt et de vos objectifs à court et à long terme, à vous de choisir les thématiques les plus pertinentes.

Internet, source d’échanges et de contacts

Le web n’a pas pour seul intérêt les formations à distance. Vous y découvrirez aussi d’innombrables blogs, des sites de photographes dans tous les styles, des banques d’images qui achètent vos fichiers, et un nombre considérable de ressources diverses. Vous pourrez échanger avec d’autres passionnés sur les dernières nouveautés techniques ou la meilleure façon de gérer la lumière, demander conseil à des professionnels sur votre parcours et votre technique, découvrir les travaux des photographes célèbres ou de la nouvelle génération de chasseurs d’images, sans parler des offres d’achat / vente de matériel en tous genres… Bref, même s’il faut faire un peu de tri, Internet offre à l’apprenti photographe une véritable mine d’or pour enrichir sa pratique et sa culture professionnelle.
 
Que vous choisissiez de suivre une formation en ligne ou simplement d’échanger avec une communauté d’amateurs passionnés, ne vous privez pas de ce que les sites en ligne peuvent vous apporter dans votre désir de devenir photographe. Internet, source d’échanges et de contacts

Devenir photographe sans diplôme

Comme nous l’avons déjà dit, il est tout à fait possible de devenir photographe sans diplôme. C’est même souvent le cas pour ceux qui décident de se réorienter en cours de carrière, ou pour qui l’accès aux études supérieures est compliqué. Des photographes aussi célèbres que Philip Plisson ou Sabine Weiss sont totalement autodidactes. Vous souhaitez devenir photographe indépendant sans diplôme ? C’est un rêve accessible, à condition de faire preuve de ténacité, de vous entraîner énormément et de ne négliger aucune ressource.

Formation et diplôme, deux réalités différentes

L’un des atouts du métier de photographe est justement qu’il fait partie des carrières envisageables sans le bac, d’autant plus si vous souhaitez vous mettre à votre compte. Si intégrer une agence de communication ou travailler comme photographe de mode sans diplôme ni réseau de contacts peut être utopique pour un débutant, vous pouvez tout à fait vous installer en tant qu’indépendant sans prise de risque grâce au statut d’auto-entrepreneur, tout en conservant par exemple un emploi à temps partiel ou en développant une offre complémentaire à la photo.
 
Pour terminer, il faut bien faire la distinction entre « formation » et « diplôme ». S’il est impossible de faire l’impasse sur la première pour tout photographe qui se respecte, le second en revanche est loin d’être un passage obligé. À condition d’être prêt à travailler d’arrache-pied pour votre passion et à essuyer sans doute plus de refus que de compliments enthousiastes lors de vos premiers pas, vous pourrez réaliser votre rêve le plus cher sans nécessairement retourner – ou rester – sur les bancs de l’école.

Devenir photographe en free-lance

Qui n’a pas rêvé un jour d’être son propre patron, de choisir sa manière de travailler et d’organiser son emploi du temps de façon autonome ? Si vous décidez de vous installer comme photographe indépendant, ce rêve peut devenir réalité. Devenir photographe en free-lance

Photographe auteur ou photographe artisan ?

Suivant votre projet professionnel, différentes options – cumulables – s’offrent à vous pour travailler comme photographe free-lance. Le photographe auteur est assimilé à un artiste : à ce titre, il est rémunéré exclusivement en droits d’auteur et doit se déclarer auprès de l’URSSAF. Il est aussi tenu de s’enregistrer auprès de l’AGESSA, le régime de sécurité sociale des artistes. Il ne peut en revanche pas vendre ses images à des fins commerciales.
 
Le photographe-artisan est celui qui réalise des clichés pour répondre aux commandes des clients. Il est immatriculé auprès du Registre des métiers et dépend de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Il a le choix entre plusieurs statuts : la micro-entreprise (équivalent du terme « auto-entrepreneur »), l’entreprise individuelle ou la société. Si vous envisagez ce type d’activité, vous pouvez vous renseigner auprès de la CMA de votre région, ou encore prendre rendez-vous avec un expert-comptable.
 
La plupart des personnes qui souhaitent s’installer comme photographes indépendants optent pour le statut d’auto-entrepreneur. Grâce à des formalités simples et rapides, à une fiscalité avantageuse et à la possibilité de conserver une activité salariée en parallèle, ce statut représente souvent le choix idéal pour débuter et tester votre projet.

Travailler à son compte, du rêve à la réalité

Ne vous leurrez pas : être son propre patron n’est pas toujours une sinécure. Vous devez être prêt à travailler énormément, sans forcément voir tout de suite les fruits de votre labeur. D’autre part, sachez que la prise de vue ne représente qu’une assez faible part de l’emploi du temps d’un photographe free-lance : le tri, le post-traitement, la recherche de clients, la partie administrative prennent énormément de temps.
 
Cependant, vivre de sa passion, se lever chaque matin avec la perspective d’exercer le métier que l’on a choisi, se perfectionner au fil du temps et voir sa notoriété croître peu à peu valent tous les sacrifices. Si vous rêvez de devenir photographe indépendant, n’hésitez plus : lancez-vous ! Travailler à son compte, du rêve à la réalité
DOCUMENTATION SUR LA FORMATION PHOTOGRAPHE
Trouvez votre formation pour devenir photographe et obtenez des renseignements en complétant les champs suivants :
* Informations obligatoires
Utilisation des données personnelles
En validant ce formulaire, vous acceptez que vos données personnelles soient utilisées par le GIE EDUNEO (responsable du traitement) et ses membres ou partenaires pour vous contacter par mail et/ou téléphone afin de vous transmettre des propositions commerciales sur les formations de votre choix. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et exercer vos droits, consultez cette page.