Photographe de guerre

Informez en image le monde entier sur la réalité de la guerre 

Ce que vous devez savoir sur la photographie de guerre

154 votes : 4.5
​​
 
La photographie de guerre est un domaine incroyablement important du journalisme. Elle capture la vérité d'un conflit, des histoires qui ne sont souvent pas racontées et des moments qui font partie intégrante de notre compréhension de l'histoire. Le travail d'un photographe de guerre est à la fois gratifiant et dangereux, et exige un grand courage pour capturer la réalité de la guerre. Examinons de plus près quels sont les dangers et les facettes de ce métier essentiel à la compréhension de la société vis-à-vis des guerres dans le monde et pourquoi il est important de se former sérieusement au métier de photographe de guerre.

Qu'est-ce qu'un photographe de guerre ?

Le photographe de guerre

Un photographe de guerre est une personne qui prend des photos en période de conflit pour les médias ou d'autres organisations. Ils sont généralement présents sur le terrain dans les zones de guerre et doivent être capables de capturer avec précision les événements qui se déroulent autour d'eux afin de raconter l'histoire de ce qui se passe. Les photographes de guerre doivent avoir le sens du détail, être capables de prendre des décisions rapides et posséder de solides compétences en matière de narration pour légender leurs photographies de guerre.

photographe armée de terre
 

La photographie de guerre

La photographie de guerre est la représentation visuelle d'un conflit et de ses effets, recueillie par des photographes compétents et dévoués qui ont entrepris de révéler la véritable nature de la guerre. En capturant à la fois l'intensité des combats et les souffrances infligées aux civils innocents, les photographes de guerre nous donnent un aperçu unique de ce que signifie réellement l'expérience du combat et des conflits géopolitiques dans le monde entier.
 
Même ceux d'entre nous qui ne l'ont jamais vu de près peuvent comprendre sa brutalité en regardant à travers leurs objectifs. C'est le travail de ces courageux photographes de guerre de mettre en lumière tous les aspects de la guerre, afin que nous puissions reconnaître plus clairement ses coûts et ses conséquences. Car sans leurs perspectives réfléchies, notre vision des conflits armés serait largement brouillée ou déformée.

Quels sont les dangers du métier de photographe de guerre ?

Les dangers physiques

Les dangers du métier de photographe de guerre sont bien réels. Il peut s'agir de dangers physiques tels que des tirs ou des mines terrestres. Aussi, les conditions de vie et les soins médicaux peuvent être limités sur les champs de bataille et les zones de guerre, ce qui augmente drastiquement les risques de contracter des maladies ou des infections pouvant être parfois létales pour le blessé.
 
C'est pourquoi, il est important pour le photographe de guerre de s'équiper en conséquence. En plus de son matériel photographique, il doit se munir de protections comme un gilet pare-balles, des chaussures adaptées aux conditions météorologiques et au terrain. Enfin, il doit être équipé de moyens de communication pour rester en contact avec ses collègues et ses sources d'information sur le terrain. Il doit également avoir accès à une connexion Internet stable pour envoyer ses photos et communiquer avec son employeur ou ses clients.
 

Les dangers diplomatiques et juridiques

Le métier de photographe de guerre peut également comporter des dangers diplomatiques et juridiques. Parmi ces dangers on peut retrouver les dangers liés aux relations avec les gouvernements et les forces de l'ordre : les photographes de guerre peuvent être accusés de trahison ou de soutien à l'ennemi, ou être considérés comme des espions.
 
Ils peuvent être emprisonnés, parfois torturés et faire office d'otages contre une rançon ou d'autres avantages en temps de guerre.

guerre vietnam photo
 
Il ne faut pas négliger les problèmes de droits de l'homme puisque les photographes de guerre peuvent être témoins de violations des droits de l'homme et être confrontés à des décisions difficiles quant à la diffusion de ces images. Ils peuvent également être accusés de diffamation par les personnes ou les groupes représentés dans leurs photos.
 
C'est pourquoi, il est important que les photographes de guerre soient conscients de ces dangers et familiarisés avec les lois et les réglementations en vigueur dans les pays dans lesquels ils sont missionnés pour réaliser des clichés.
 

Les dangers psychologiques

En plus des dangers physiques et diplomatiques, le photographe de guerre peut être témoin d'un traumatisme et/ou d'un deuil. En outre, de nombreux photographes de guerre souffrent du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) en raison de leurs expériences lors de la couverture de conflits à l'étranger. Le stress post-traumatique (post-traumatic stress disorder en anglais, abrégé PTSD) est un trouble psychologique qui peut survenir à la suite d’une expérience de vie très stressante, telle qu'un conflit de guerre. Les personnes atteintes de stress post-traumatique peuvent avoir des flashbacks de l'événement traumatique, des cauchemars, de l'anxiété et faire une dépression.

La collaboration avec les reporters de guerre

En collaborant avec des journalistes qui peuvent fournir un contexte et une perspective, les photographes de guerre aident les gens à comprendre les réalités de la guerre de première main, ce qui ne peut être accompli par les mots seuls. Cette collaboration entre les journalistes et les photographes est essentielle pour raconter des histoires précises sur les guerres qui sont souvent difficiles à comprendre pour les non-combattants à la seule lecture des reportages. En somme, le photographe de guerre vient apporter des images de guerre sur les textes du journaliste pour que tous les deux montrent, à travers différents médias, la réalité des guerres dans le monde.

Les femmes photographes de guerre

On supposait autrefois que seuls les hommes étaient capables de se rendre dans des endroits dangereux pour prendre des photos dans les zones de conflit. Mais cette situation a changé au fil du temps, car de plus en plus de femmes sont entrées dans la profession. Les femmes documentent depuis longtemps les guerres à travers leur objectif, mais ce n'est que récemment qu'elles ont commencé à être reconnues pour leur travail de photographes de guerre professionnelles
 
Ces dernières années, on a assisté à une augmentation du nombre d'équipes de reportage dirigées par des femmes et de publications consacrées à la mise en valeur du travail des femmes dans le domaine de la photographie et du journalisme ; cela a permis aux femmes photographes de guerre de se faire remarquer et d'être reconnues pour leur travail plus facilement que jamais auparavant.
 
Voici quelques exemples de femmes photographes de guerre :
 

Lynsey Addario

Photographe américaine qui a couvert de nombreux conflits et catastrophes dans le monde entier, notamment en Afghanistan, en Irak et en Libye. Elle a également couvert la crise des réfugiés en Syrie et en Europe.
 
Lynsey Addario
Guerre en Iraq - Lynsey Addario ©

Catherine Leroy

Française qui a couvert la guerre du Vietnam et d'autres conflits dans le monde. Elle est connue pour ses photos de la guerre du Vietnam prises depuis l'intérieur des lignes ennemies.
 
Catherine Leroy
Guerre du Vietnam - Catherine Leroy © 
 

Anja Niedringhaus

Photographe originaire d'Allemagne qui a couvert de nombreux conflits et événements d'actualité dans le monde, notamment en Afghanistan, en Irak et en Bosnie
 
Anja Niedringhaus
Sarajevo, Bosnie - Anja Niedringhaus © 

Comment devenir photographe de guerre ?

Pour devenir un bon photographe de guerre, il faut faire preuve d'un dévouement intense, d'un travail acharné, d'un courage, d'une connaissance des protocoles de sécurité lors d'un travail à l'étranger, d'une expérience de travail avec différents types d'appareils photos (numériques et argentiques), de solides compétences photographiques et de retouche photo, d'une bonne condition physique (pour transporter l'équipement et évoluer sur le terrain), de compétences interpersonnelles (pour établir des relations avec la population locale). Il n'y a pas de formation spécifique pour devenir photographe de guerre, il est possible de faire un cursus universitaire dans la photographie et/ou le journalisme

photographie de guerre célèbre
Pour devenir un bon photographe de guerre, il faut faire preuve d'habileté dans la prise de décisions sous une pression énorme. Il doit être doté d'une endurance pendant de longues périodes de travail dans des environnements dangereux à l'étranger, tout en restant concentré sur la précision des images capturées afin que les téléspectateurs puissent mieux comprendre ce qui se passe sur le terrain en période de conflit ou de troubles dans le monde. Il est donc fortement recommandé d'être parfaitement qualifié en photographie pour avoir les compétences nécessaires en zone de guerre. La formation photographie à distance de EDAA Pix est recommandée pour les profils souhaitant devenir photographe de guerre grâce à sa flexibilité. En effet, l'apprenant peut choisir son rythme de formation, ce qui lui permettra d'avoir le temps de se préparer physiquement et de se cultiver sur la géopolitique des différents pays en guerre.
Retour haut de page
DOCUMENTATION SUR LA FORMATION PHOTOGRAPHE
Trouvez votre formation pour devenir photographe et obtenez des renseignements en complétant les champs suivants :
* Informations obligatoires
Utilisation des données personnelles
En validant ce formulaire, vous acceptez que vos données personnelles soient utilisées par le GIE EDUNEO (responsable du traitement) et ses membres ou partenaires pour vous contacter par mail et/ou téléphone afin de vous transmettre des propositions commerciales sur les formations de votre choix. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et exercer vos droits, consultez cette page.